291 résultats

Descartes:

Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences. Suivi des Méditations métaphysiques. Mit Einem Nachwort von Wilhelm Weischedel.

Continental-Verlag Reutlingen, collection Arcade, sans date. In-12 broché, couverture à rabats, un peu défraîchie. Portrait de Descartes en frontispice, avec une auréole au coin inférieur.

Diderot Denis, Aury Dominique (préface):

Jacques le fataliste et son maître.

Lausanne la Guilde du livre, collection des Classiques, 1952. In-12, pleine buflette blanche décorée, gardes rouges et or. Reliure un peu tachée.

Dolto Françoise, interpellée par Gérard Séverin:

L'Evangile au risque de la psychanalyse.

France Loisirs, 1978. In-8, cartonnage façon toile, jaquette couleurs, très légèrement défraîchie.

Ducor Jérôme, Crettaz Bernard, Delécraz Christian, Gallaz Christophe:

Petit manuel des rites mortuaires.

Genève, La joie de lire, 1999. In-8 broché à l'italienne, couverture photographique. Pli aux coins inférieurs. Illustrations in-texte en noir.

"Dans la montagne traditionnelle, les nouvelles générations étaient invitées aux rites ancestraux. Un jour, dans le Val d’Anniviers, ma propre mère m’a confié : " Maintenant c’est à ton tour de savoir. " Et elle a ouvert un tiroir de la vieille commode en me disant : " Il y a là-dedans tout ce qu’il faut pour la mort quand ton père et moi partirons ", raconte Bernard Crettaz. Lequel d’entre nous peut-il se réclamer du même souvenir ? Celui qui n’est rattaché à aucune tradition se trouve très démuni lorsque la mort frappe l’un de ses proches. Sans aborder le sens de la mort et dans le cadre de son travail d’ethnologue, Bernard Crettaz a choisi de combler ce vide en imaginant deux publications sur les rites mortuaires aujourd’hui. Et Bernard Crettaz d’ajouter : " J’ai décidé de livrer à mon tour aux nouvelles générations un petit manuel afin que chacun bricole son propre tiroir rituel ou sa boîte à outils qui pourrait s’intituler simplement " La mort, marche à suivre ".

Dufay François:

Maximes et autres pensées remarquables des moralistes français.

CNRS éditions, 2009. In-12 broché, couverture couleurs. Etiquette de prix au second plat, quelques repères au crayon à papier dans le texte.

"L 'époque n'est plus aux moralistes et leurs sentences sonnent aujourd'hui comme un accord de clavecin. On leur préfère en général les philosophes du bonheur, les maîtres penseurs médiatiques ou les psys, syllabe floue qui désigne la vaste corporation du moi. C'est pleinement conscient de cette réalité que François Dufay entreprit au début de sa carrière la rédaction d'un recueil de maximes dont la portée est loin d'être minime pour qui est attiré par l'ivresse des profondeurs. En fin connaisseur de la littérature française, il ne cherchait pas à transformer ses auteurs favoris en philosophes pratiques. Son but était, je crois, de réhabiliter la morale en tant qu'art de vivre, en tant que sagesse appropriable, libre et déliée, soit l'inverse du prêt à penser idéologique ou religieux. Les "mathématiques du coeur". " Chr. M.

Dufour Dany-Robert:

Pléonexie (dict : "Vouloir posséder toujours plus").

Editions Le Bord de l'Eau, collection La bibliothèque du MAUSS, 2015. In-12 broché, couverture imprimée en deux tons. Quelques notes au crayon à papier.

"On connaît la grande prohibition fondatrice du lien social, celle de l'inceste. On connaît moins la seconde prohibition, nécessaire à la vie en société : celle de la pléonexie. Comment limiter le désir de posséder toujours plus ? Dans notre monde, caractérisé par l'hyperconcentration de la richesse, cette question est devenue cruciale. Dany-Robert Dufour, après une présentation de la question, a choisi quatre textes permettant d'y réfléchir à nouveaux frais. Deux textes de Platon (l'un tiré de La République, l'autre du Gorgias) et un texte de Bernard de Mandeville (La fable des Abeilles, 1705), adaptés et réécrits pour les rendre aussi audibles, c'est-à-dire actuels, que possible. Dans le quatrième texte, Socrate et son contradicteur se retrouvent aujourd'hui pour faire le point. Le lecteur trouvera également en annexe un étonnant texte sur la pléonexie, traduit pour la première fois en français, écrit en 1705 par le grand philosophe roumain, Dimitri Cantemir. Les quatre premiers textes ont été lus par de grands comédiens dans le cadre de la première édition de "Philosophie à vif" qui s'est tenue en juin 2014 au Théâtre de la Tempête, en présence d'un public nombreux."

Elias Norbert:

La civilisation des moeurs.

Calmann-Lévy, 1974. In-8 broché, couverture à rabats, un peu défraîchie. Quelques rares repères au crayon à papier dans le texte.

Elias Norbert:

La société de cour.

Calmann-Lévy, 1964 . In-8 broché, couverture à rabats. Plis de lecture au dos, quelques rares repères au crayon à papier dans le texte.

"La société de cour constitue un dispositif central dans la modification des sensibilités et des comportements de l'homme occidental au XVIIe et au XVIIIe siècle. C'est en son sein que s'élaborent les nouvelles relations entre les hommes, partant de nouvelles règles de comportement. Comme dans un laboratoire, s'y expérimentent le contrôle de soi et l'observation d'autrui, la maîtrise des émotions immodestes et des mouvements spontanés, la régulation de l'économie pulsionnelle, une définition plus exigeante de la pudeur. La société de cour, de par ses contraintes et ses règles, façonne une nouvelle structure de l'affectivité individuelle, un nouvel habitus psychique. Sa fonction historique est paradoxalement double. Elle fonde et affirme une distinction, celle qui sépare l'homme de cour du vulgaire. Mais la Cour, tout en préservant la spécificité minoritaire d'un style de vie, est aussi le point d'où se transmettent les nouvelles conduites, qui vont s'étendre aux autres couches de la société."

Engels Friedrich:

Socialisme utopique et socialisme scientifique.

Editions du parti communiste français, collection Les éléments du communisme, 1944. Plaquette in-8 brochée sur agrafes, couverture imprimée, très légèrement insolée.

Epicure:

Apophtègmes et maximes d'Epicure.

A l'enseigne du Pot cassé, Bibliotheca magna, 1937. In-12 broché, couverture décorée. Un passage du texte souligné en rouge. Illustré de bois gravés de Cosÿns.

Exemplaire numéroté (775), sans mention de tirage.

Erlbruch Wolf:

Le canard, la mort et la tulipe.

Genève, La Joie de lire, 2007. Grand in-4. cartonnage couleurs. En belle condition.

"Curieuse rencontre que celle d un canard et de la mort. « Viens-tu me chercher ? » lui demande le canard. La mort ne lui répond pas vraiment. La discussion est ouverte. Le canard lui fait part de son inquiétude. Les deux protagonistes échangent à propos de ce grave sujet. Ils ont des choses à faire ensemble. Le canard emmène son « amie » à l étang, propose même de la réchauffer. Mais la vraie question demeure et le dialogue continue sans donner vraiment de réponse. Une chose est sûre, la fin est inéluctable. Le canard sans vie est déposé délicatement par la mort sur la rivière. Elle lui confie sa tulipe dont la couleur violette est symbole de transformation, de passage. Alors commence pour le canard un voyage dont le livre ne nous dit rien… Nous sommes loin des collages de Wolf Erlbruch. Le canard est stylisé, la mort délicate et coquette, le décor dépouillé. La simplicité des images contraste avec la gravité du sujet qui est traité d une manière extrêmement subtile. Un chef d oeuvre !"

Ernest-Charles [Jean]:

La passion criminelle. Les drames de la possession amoureuse.

Paris, Ernest Flammarion, 1925. Petit in-8, demi-veau blond, dos lisse avec titre et roulettes dorés, gardes et plats marbrés, couvertures conservées.

Ernest-Charles est le pseudonyme de Paul Renaison, critique littéraire, docteur en droit et avocat: c'est dire s'il maîtrisait le sujet de cet ouvrage...

Esprit Jacques, Quignard Pascal:

La fausseté des vertus humaines. Précédé de Traité sur Esprit, par Pascal Quignard.

Aubier, 1996. Fort volume in-8 broché (563 pages), couverture illustrée.

" Quels fruits peut-on recueillir de tout cet ouvrage, et quel est le but qu'on s'y est proposé ? L'on a eu dessein d'ôter aux hommes les vaines pensées dont ils se flattent, qu'ils ont l'âme belle, qu'ils ont de bons, de nobles et généreux sentiments ; qu'il ne tient qu'à eux d'être modestes, sobres, continents, fidèles et équitables, qu'il y en a plusieurs qui le sont effectivement, et qui ont dompté leurs passions par la force de la raison, et semblables imaginations qui les rendent ridicules aux yeux des sages. C'est pour exécuter ce dessein qu'on a traité en particulier toutes les vertus humaines, et que pour en faire connaître les faussetés, on a découvert à l'homme son propre cœur, afin qu'il y voie les vraies causes de ses actions vertueuses. " (Jacques Esprit)

Fraser J.T.:

Time. The familiar stranger.

Amherst, The University of Massachusetts Press, 1987. Grand in-8, pleine toile grège avec titre bleu au dos, jaquette illustrée. Illustrations in-texte en noir.

Freud Anna:

Le traitement psychanalytique des enfants.

Presses Universitaires de France, 1951. In-8 broché, couverture décorée, insolée en bords.

Freud Sigmund:

La naissance de la psychanalyse. Lettres à Wilhelm Fliess, notes et plans 1887-1902. Publiés par Marie Bonaparte, Anna Freud, Ernst Kris.

Presses Universitaires de France, collection Bibliothèque de psychanalyse et de psychologie clinique, 1956. Grand in-8 broché, couverture décorée. Début de fente à un mors, légers plis de lecture au dos. Quelques repères au crayon à papier dans le texte.

Freud Sigmund:

Trois essais sur la théorie de la sexualité.

Gallimard, collection Idées, 1971. In-12, demi-veau vert, dos à 5 nerfs avec titre, filtets et roulettes dorés. Couvertures et dos conservés. Reliure signée Nicolas (Avila).

Frisch Max:

Suisse sans armée ? Un palabre.

Bernard Campiche, 1989. In-8 broché, couverture illustrée.

Traduit de l’allemand par Benno Besson et Yvette Z’Graggen.

Fynn:

Anna et le cavalier noir.

Seuil, 1992. In-8 à l'italienne, cartonnage illustré.

" Ceux qui ont aimé la perle rare qu'est Anna et Mister God, ainsi que Le Cahier d'Anna, retrouveront ici la fraîcheur d'un récit où la vérité des grandes personnes sort de la bouche des enfants." Epuisé depuis belle lurette.

[Galilée] Collectif - Stéphane Garcia, Jan Lacki, Roberto Vergara Caffarelli, Mauro Bernardini, Giovanna Bosco:

Galilée: débuts pisans, résonances genevoises.

Genève, Musée d'histoire des sciences, 2004. In-8 broché, couverture imprimée. 2 traits de crayon au second plat, pour le reste à l'état de neuf. Illustrations en noir.

Publié à l'occasion de l'exposition "Galilée, l'Essayeur" au Musée d'histoire des sciences de Genève. Au sommaire: Galilée et Pise - Galilée pour et contre, personnages et textes des batailles galiléennes - Michel Varro, un genevois précurseur de Galilée - Une véritabel & scientifique relation. La communication savante à l'époque de Galilée - Bibliographie sommaire.

Geshe Keslang Gyatso:

Claire lumière de Félicité. La Mahamudra dans le Bouddhisme du Vajrana.

Editions Dharma, 1986. In-8 broché, couverture couleurs. Etiquettes de prix et de librairie au second plat, pour le reste en belle condition.

Gilbert Muriel:

L’identité narrative. Une reprise à partir de Freud de la pensée de Paul Ricoeur.

Labor et Fides, 2001. In-8 broché, couverture photographique. Quelques notes au crayon à papier dans le texte, pour le reste en belle condition.

"Muriel Gilbert propose ici de relayer le travail de Paul Ricœur dans le champ de la psychologie clinique et de la psychanalyse. Dans deux de ses ouvrages majeurs - Temps et récit et Soi-même comme un autre - le philosophe contemporain défend en effet progressivement la thèse d'une constitution narrative de l'identité personnelle. Dans cette perspective, les récits que les patients livrent parfois aux professionnels qu'ils consultent peuvent être compris comme autant de tentatives et d'efforts pour s'inscrire dans le temps. Or, abordée sous l'angle de la psychanalyse, la conception narrative de l'identité personnelle fait problème puisque c'est précisément à une identité tissée dans la trame de la perte et du manque que l'expérience de la cure nous confronte. Freud et ses successeurs ne nous ont-ils pas précisément appris à envisager la mémoire autobiographique à partir de son caractère par définition lacunaire ?Tout en cherchant à créer des liens entre la philosophie de Ricœur et la pratique, cet ouvrage propose une lecture critique de l'approche narrative de l'identité personnelle, critique menée à partir de l'hypothèse de l'inconscient ; il vaut également comme introduction générale à la pensée récente du grand philosophe."

Gilibert [Jean Emmanuel]:

L'anarchie médicinale, ou La médecine considérée comme nuisible à la société. Tome I.

Neuchâtel, sans nom, 1772. Petit in-8, cartonnage d'attente (légèrement frotté) avec titre manuscrit au dos, tranches mouchetées. Inscription datée de 1825 à la plume sur garde.

Gillon Paul - Pierre Maurois, François Mitterand:

Histoire du socialisme en France.

La Concorde. Parti socialiste / Service de l'Homme, 1977. In-4 broché de 45 page, couverture illustrée.

Avec un préambule de Pierre Maurois et une préface de François Mitterand.

Gilsoul Nicolas:

Bêtes de villes. Petit traité d'histoires naturelles au coeur des cités du monde.

Fayard, 2020. In-8 broché, couverture illustrée à rabats. A l'état de neuf.

"La moule zébrée va-t-elle sauver New York ? Le scorpion terroriser les habitants de São Paulo ? Les kangourous s'ébattre dans la forêt de Rambouillet ? Savions-nous seulement que ces bêtes vivaient si près de chez nous ? En pleine crise de la biodiversité, nos villes semblent devenir des jungles hybrides où se croisent plus de créatures que dans nos forêts. Certaines ont muté, leurs comportements se sont transformés. La souris de Brooklyn résiste aux polluants lourds, l'escargot d'Amsterdam combat l'îlot de chaleur urbain, l'hirondelle de la Côte Est réduit sa voilure pour éviter les gratte-ciels. Au travers de 1 001 histoires de bêtes de villes, l'architecte Nicolas Gilsoul nous offre un bestiaire érudit de nos territoires et nous incite à nous reconnecter au vivant. En chemin, il dessine de nouvelles perspectives sur l'art de concevoir la ville avec le génie animal. A l'évidence, observer des bêtes, ça rend intelligent."