287 résultats

Coran Pierre, Fronty Aurélia:

ABC du petit philosophe.

A pas de loup, 2018. In-4, cartonnage couleurs. A l’état de neuf.

Le petit philosophe, comme dans les fables, donne la parole aux animaux. Vingt-six nous en proposent chacun trois pensées qui éclairent l'esprit et le coeur. Elles sont à lire et relire, à dire, à imager, à méditer, à discuter.

Corbin Alain:

L’avènement des loisirs 1850-1960.

Aubier, 1995. Grand in-8, cartonnage vert avec titre doré, jaquette couleurs. Illustré de photographies et documents hors-texte.

"Comment se sont créés les usages modernes du temps libre ? Comment le désir de voyage, la soif d'aventure et de sensations nouvelles, les divertissements de la foule, le besoin de quiétude et de découverte de soi se sont-ils combinés à l'accélération des rythmes de vie ? Telles sont les questions auxquelles entend répondre cet ouvrage conçu et coordonné par Alain Corbin. Curieusement, l'histoire des rêves et des pratiques qui ont bouleversé les usages de notre temps est peu connue. Les rares spécialistes ont réservé leur attention à la lutte ouvrière, à la conquête du temps libre ; aspect non négligeable mais très partiel de l'histoire qui se joue. L'antique loisir cultivé survit, s'enrichit, tout au long d'un siècle que l'on a décrit, à tort, totalement soumis à l'obsession du travail. Mais le désir de montagne et de mer, l'essor de la villégiature, les heures vides de la croisière, l'invention des vacances transforment le modèle ancien, jusqu'à le rendre méconnaissable. La grande ville est le laboratoire privilégié du loisir moderne : la promenade des boulevards, la visite de l'exposition, le café-concert, les spectacles du stade renouvellent les plaisirs du citadin. Ainsi s'élaborent, dans le brassage de foule, des manières de vivre qui définissent la culture de masse. Pour la majeure partie de la population, le temps de loisir était traditionnellement celui d'une re-création de la force de travail. Jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les détenteurs du pouvoir social et politique entendent guider le loisir de l'autre. Avec l'allongement du temps disponible, leur pression s'appesantit. Cette volonté d'organiser dans un cadre national, puis international, les loisirs du travailleur n'a pas empêché la prolifération de temps dérobés, qui échappent à cet encadrement rigide dont les Etats totalitaires ont esquissé un inquiétant modèle. La pêche à la ligne, le bricolage, le jardinage, la lecture du feuilleton, le choix du cinéma du dimanche illustrent l'extension de ces espaces de liberté. Sur tous ces points, la réflexion ne pouvait être restreinte au cadre national. L'avènement des loisirs, ici retracé, concerne l'Occident. En ce domaine, la Grande-Bretagne bien souvent découvre et innove avant que les Etats-Unis n'imposent leur influence."

Crettaz Bernard:

La Beauté du reste. Confessions d'un conservateur de musée sur la perfection et l'enfermement de la Suisse et des Alpes.

Genève, Zoé, 1993. In-8 broché, couverture illustrée. En belle condition. Quelques illustrations in-texte en noir.

Critchley Simon:

Les philosophes meurent aussi.

François Bourin, 2010. In-8 broché, couverture imprimée en deux tons. Quelques repères au crayon à papier dans le texte, pour le reste en belle condition. Illustré de petits portraits en noir. Bande de lancement conservée.

"Pythagore préféra se faire massacrer plutôt que de traverser un champ de fèves ; Platon serait mort d'une infestation par les poux Epicure accueillit sa fin avec joie, entouré de ses amis - "la mort n'est rien pour nous", disait-il ; Descartes fut emporté par une pneumonie à la suite des leçons matinales qu'il prodiguait au coeur de l'hiver suédois ; Voltaire. pourfendeur de l'Eglise, demanda à être confessé par un prêtre sur son lit de mort : Kant termina sa vie sur ce mot : "Sufficit ", "c'est assez"; Bentham se fit embaumer pour être exposé dans une vitrine à l'University College de Londres ; Simone Weil s'est laissée mourir de faim pendant l'Occupation ; Camus est mort d'un accident de voiture, rattrapé par l'absurde ; Sartre lança un jour : " La mort ? Je n'y pense pas" : 50 000 personnes assistèrent à ses funérailles. "

Curtat Robert:

Le temps des cerises. Histoires du combat des travailleurs vaudois.

Lausanne, Editions du Passage, 1988. In-8 broché, couverture illustrée. En belle condition. Abondamment illustré en noir.

"Cent ans de lutte ouvrière dans le canton de Vaud représentent une succession d'évènements, une montagne de courage, un faisceau de luttes ignorées de l'histoire officielle. Cet ouvrage tente de réparer une trop longue injustice".

Curé d'Ars, Van der Meersch Maxence, Trochu Francis:

Les lettres du Saint curé d'Ars [suivi de] La vie du Curé d'Ars.

Le club du livre Chrétien, 1958. In-8, pleine toile rouge avec titre au dos, rhodoïd imprimé du titre en rouge. Infime déchirure sans manque au rhodoïd, pour le reste en belle condition. Illustré de fac-similés autographe et d'un portrait en pied du Saint Curé.

Edition originale au tirage limité à 4000 et quelques exemplaires, sur vergé pour le texte et sur papier Joseph pour l'illustration. Notre exemplaire porte le numéro 3977. Le Club du Livre Chrétien précède les éditions Robert Morel et marque ses débuts en tant qu’éditeur, accompagné déjà de Odette Ducarre.

Curé d'Ars, Van der Meersch Maxence, Trochu Francis:

Les lettres du Saint curé d'Ars [suivi de] La vie du Curé d'Ars.

Le club du livre Chrétien, 1958. In-8, pleine toile rouge avec titre au dos, rhodoïd imprimé du titre en rouge. Illustré de fac-similés autographe et d'un portrait en pied du Saint Curé.

Edition originale au tirage limité à 4000 et quelques exemplaires, sur vergé pour le texte et sur papier Joseph pour l'illustration. Notre exemplaire porte le numéro 1733. Le Club du Livre Chrétien précède les éditions Robert Morel et marque ses débuts en tant qu’éditeur, accompagné déjà de Odette Ducarre.

Cusset Yves:

Le remplaçant suivi de Rien ne sert d'exister. Deux solos philosophiques juste pour rire.

Le jardin d'essai, 2007. In-8 broché, couverture imprimée en deux tons.

"" Quand j'étais petit, je voulais être professeur de philosophie, ça tombe bien, je suis grand et je le suis. Mais quand j'étais petit, je disais ça pour rire. j'ai déchanté. Car le document du Ministère de l'Education Nationale est formel : l'enseignement de la philosophie a pour objectif de favoriser l'accès de chaque élève à l'exercice réfléchi du jugement, et de lui offrir une culture philosophique initiale. D'emblée les choses sont claires, même si elles ne sont pas explicites : on n'est pas là pour rire. " Le remplaçant et Rien ne sert d'exister sont deux parcours comiques et théâtraux à travers la philosophie, une double tentative pour en retrouver par le rire l'étonnement fondateur".

Cyrulnik Boris:

Les nourritures affectives.

Odile Jacob, 1983. In-8 broché, couverture couleurs. En belle condition, visiblement jamais lu.

"Pourquoi et comment tombons-nous amoureux ? A quoi rêvent les fœtus ? À qui appartient l'enfant ? La violence est-elle nécessaire ? Pourquoi dit-on des personnes âgées qu'elles retombent en enfance ? À quoi servent les rituels ? Voilà quelques-unes des questions abordées par Boris Cyrulnik dans ce livre qui examine, depuis le stade fœtal jusqu'à la vieillesse, les pathologies affectives à l'origine des maux les plus flagrants de nos sociétés : violence, racisme, délinquance, agressions sexuelles, etc."

Dauven Jean:

Les pouvoirs de l'hypnose.

Encyclopédie Planète, 1965. In-8, pleine toile décorée, rhodoïd. Illustrations in-texte en noir.

L'histoire d'une science maudite - Les manifestations hypnotiques - La pratique de l'hypnose - L'utilité de l'hypnose.

Dauzat Albert:

L'Europe linguistique. Les éléments constitutifs d'une nation - Les groupes de langues: évolution et luttes - La situtation linguistique des différents états - Le problème des minorités.

Paris, Payot, 1952. In-8 broché, couverture illustrée. Avec 17 cartes linguisitiques.

Delacrétaz Jean:

La médecine entre deux barbaries.

Lausanne, Cahiers de la renaissance vaudoise, 1977. In-12 broché, couveture couleurs. En belle condition.

Dement William C.:

Dormir, rêver.

Seuil, 1981. In-8 broché, couverture illustrée. Petit pli au coin inférieur. Illustrations et figures in-texte en noir.

Denèfle Sylvette:

Croyances aux fontaines en Bretagne.

Edisud, 1994. In-8 broché, couverture photographique. Illustré de nombreuses photographies, en noir et en couleurs.

"Les sources ont toujours fasciné l'humanité. L'eau apparaît mystérieusement à la surface de la terre, et sans elle il n'est pas de vie. C'est pourquoi, dans toutes les sociétés, les hommes ont ajouté aux usages pratiques de l'eau des pouvoirs symboliques, voire surnaturels, de guérison ou de prédiction. C'est en Bretagne que le souvenir et les rituels liés aux pouvoirs des sources sont demeurés le plus vivaces. Souvent dédiées à un saint et voisinant avec une chapelle loin du centre des villes ou des bourgs, les fontaines aident les amoureux et favorisent la maternité, fortifient les enfants, guérissent des maladies et protègent les troupeaux... A partir d'un travail de terrain méthodique et d'une analyse ethnologique systématique, Sylvette Denèfle montre bien comment ce syncrétisme de christianisme, principes magico-religieux, pratiques spécifiquement liées à l'eau ou encore formes archaïques de l'usage des fontaines, comment cette religion populaire donc est aussi sujette à l'évolution historique et sociale - et comment elle réussit à se maintenir à la fin du XXe siècle."

Descamps Christian:

Quarante ans de philosophie en France. La pensée singulière - de Sartre à Deleuze.

Bordas, collection Philosophie présente, 2003. In-8 broché, couverture illustrée.

"Aujourd'hui, la philosophie de langue française - il n'y a là, bien sûr, aucun repli national - est l'une des pensées qui rivalise avec la philosophie analytique, ce courant dominant en dehors du continent européen. Mesurer la spécificité des " inventions françaises ", c'est, de fait, se resituer au cœur des polémiques internationales... Nourri par Deleuze, Foucault ou Castoriadis, cet ouvrage prend également en compte les interrogations de la nouvelle génération. Dans l'hexagone, les philosophes s'engagent, lancent des débats, interviennent dans les journaux. Bref, notre paysage bariolé n'a rien de commun avec des recherches tellement spécialisées qu'elles se cantonnent aux campus universitaires."

Descartes:

Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences. Suivi des Méditations métaphysiques. Mit Einem Nachwort von Wilhelm Weischedel.

Continental-Verlag Reutlingen, collection Arcade, sans date. In-12 broché, couverture à rabats, un peu défraîchie. Portrait de Descartes en frontispice, avec une auréole au coin inférieur.

Diderot Denis, Aury Dominique (préface):

Jacques le fataliste et son maître.

Lausanne la Guilde du livre, collection des Classiques, 1952. In-12, pleine buflette blanche décorée, gardes rouges et or. Reliure un peu tachée.

Dolto Françoise, interpellée par Gérard Séverin:

L'Evangile au risque de la psychanalyse.

France Loisirs, 1978. In-8, cartonnage façon toile, jaquette couleurs, très légèrement défraîchie.

Dufay François:

Maximes et autres pensées remarquables des moralistes français.

CNRS éditions, 2009. In-12 broché, couverture couleurs. Etiquette de prix au second plat, quelques repères au crayon à papier dans le texte.

"L 'époque n'est plus aux moralistes et leurs sentences sonnent aujourd'hui comme un accord de clavecin. On leur préfère en général les philosophes du bonheur, les maîtres penseurs médiatiques ou les psys, syllabe floue qui désigne la vaste corporation du moi. C'est pleinement conscient de cette réalité que François Dufay entreprit au début de sa carrière la rédaction d'un recueil de maximes dont la portée est loin d'être minime pour qui est attiré par l'ivresse des profondeurs. En fin connaisseur de la littérature française, il ne cherchait pas à transformer ses auteurs favoris en philosophes pratiques. Son but était, je crois, de réhabiliter la morale en tant qu'art de vivre, en tant que sagesse appropriable, libre et déliée, soit l'inverse du prêt à penser idéologique ou religieux. Les "mathématiques du coeur". " Chr. M.

Dufour Dany-Robert:

Pléonexie (dict : "Vouloir posséder toujours plus").

Editions Le Bord de l'Eau, collection La bibliothèque du MAUSS, 2015. In-12 broché, couverture imprimée en deux tons. Quelques notes au crayon à papier.

"On connaît la grande prohibition fondatrice du lien social, celle de l'inceste. On connaît moins la seconde prohibition, nécessaire à la vie en société : celle de la pléonexie. Comment limiter le désir de posséder toujours plus ? Dans notre monde, caractérisé par l'hyperconcentration de la richesse, cette question est devenue cruciale. Dany-Robert Dufour, après une présentation de la question, a choisi quatre textes permettant d'y réfléchir à nouveaux frais. Deux textes de Platon (l'un tiré de La République, l'autre du Gorgias) et un texte de Bernard de Mandeville (La fable des Abeilles, 1705), adaptés et réécrits pour les rendre aussi audibles, c'est-à-dire actuels, que possible. Dans le quatrième texte, Socrate et son contradicteur se retrouvent aujourd'hui pour faire le point. Le lecteur trouvera également en annexe un étonnant texte sur la pléonexie, traduit pour la première fois en français, écrit en 1705 par le grand philosophe roumain, Dimitri Cantemir. Les quatre premiers textes ont été lus par de grands comédiens dans le cadre de la première édition de "Philosophie à vif" qui s'est tenue en juin 2014 au Théâtre de la Tempête, en présence d'un public nombreux."

Durous Raymond:

Des Ritals en terre romande.

Vevey, L'Aire, 2010. In-8 broché, couverture à rabats.

"Sous un vernis d’assimilation, je suis le seul à avoir combien je suis et resterai toujours un étranger. Je ne suis pas vraiment d’ici et ne le serai jamais. Pas plus d’ailleurs que je ne suis vraiment Italien. Avoir grandi entre ces deux cultures m’a procuré un sentiment d’impossible appartenance. Un pied dans le goudron genevois, l’autre en Vénétie, je ne me sens jamais à la bonne place. Ce sentiment d’étrangeté qui me met parfois mal à l’aise, offre au moins un avantage : je suis vaccinée contre toute forme de patriotisme outrancier. Ni patrie à chérir avec démesure, ni drapeau devant lequel me pâmer. S’il en est ainsi, c’est parce que mon identité première - ma seule et véritable identité - ne se trouve pas dans un pays mais dans un statut : celui de fils d’immigrés. Mes racines et mon être tout entier sont dans l’immigration italienne en Suisse des années soixante. Dans la saveur âcre et dans la douleur oubliée de ce que fut cette immigration. Ma patrie, c’est l’enfance, et mon enfance est celle d’un gosse d’ouvriers italiens venus travailler en silence dans la Suisse repue d’alors. Fils de cet homme qui se levait avant l’aube pour quelques francs de l’heure. Fils dont le père avait connu les baraques de saisonniers et la mère la clandestinité. La Suisse n’a pas cajolé ses immigrés italiens ; elle ne leur a fait aucun cadeau. Ces immigrés-là ont fait ce qu’ils ont pu et ils l’ont fait de manière admirable. Jamais je ne serai à la hauteur de leur ténacité. Massimo Lorenzi (extrait de la préface)."

Elias Norbert:

La civilisation des moeurs.

Calmann-Lévy, 1974. In-8 broché, couverture à rabats, un peu défraîchie. Quelques rares repères au crayon à papier dans le texte.

Elias Norbert:

La société de cour.

Calmann-Lévy, 1964 . In-8 broché, couverture à rabats. Plis de lecture au dos, quelques rares repères au crayon à papier dans le texte.

"La société de cour constitue un dispositif central dans la modification des sensibilités et des comportements de l'homme occidental au XVIIe et au XVIIIe siècle. C'est en son sein que s'élaborent les nouvelles relations entre les hommes, partant de nouvelles règles de comportement. Comme dans un laboratoire, s'y expérimentent le contrôle de soi et l'observation d'autrui, la maîtrise des émotions immodestes et des mouvements spontanés, la régulation de l'économie pulsionnelle, une définition plus exigeante de la pudeur. La société de cour, de par ses contraintes et ses règles, façonne une nouvelle structure de l'affectivité individuelle, un nouvel habitus psychique. Sa fonction historique est paradoxalement double. Elle fonde et affirme une distinction, celle qui sépare l'homme de cour du vulgaire. Mais la Cour, tout en préservant la spécificité minoritaire d'un style de vie, est aussi le point d'où se transmettent les nouvelles conduites, qui vont s'étendre aux autres couches de la société."

Engels Friedrich:

Socialisme utopique et socialisme scientifique.

Editions du parti communiste français, collection Les éléments du communisme, 1944. Plaquette in-8 brochée sur agrafes, couverture imprimée, très légèrement insolée.

Epicure:

Apophtègmes et maximes d'Epicure.

A l'enseigne du Pot cassé, Bibliotheca magna, 1937. In-12 broché, couverture décorée. Un passage du texte souligné en rouge. Illustré de bois gravés de Cosÿns.

Exemplaire numéroté (775), sans mention de tirage.