216 résultats

Soeur Emmanuelle, avec Philippe Asso:

Vivre, à quoi ça sert ?

Flammarion, 2004. Petit in-8 broché, couverture couleurs. Bande de lancement conservée.

" Mes contemporains sont poursuivis par le non-sens. J'en rencontre souvent qui vivent dans l'inquiétude, l'insécurité, parfois même l'angoisse : " vivre, à quoi ça sert ? " Souvent désespérés, la vie leur semble une succession chaotique d'instants et d'événements. Comme je les comprends ! J'ai connu moi aussi les chemins sans issue, les nuits sans réponse... Cette inquiétude du sens, dira-t-on, est nécessaire. D'âge en âge, elle a taraudé l'humanité. Oui, mais le problème de notre époque, c'est l'absence de moyens pour y répondre. Le nez dans le guidon, nous nous noyons dans la fête, la consommation et le travail, sans que jamais l'horizon de la route ne soit contemplé ou visé. Qu'ai je donc à proposer, moi, vieille religieuse de 95 ans ? Oh, rien que je n'aie trouvé toute seule ! Simplement ceci : j'ai eu la chance de rencontrer très tôt un penseur de génie, Blaise Pascal. Ce qu'il dit éclate de vérité, c'est concret et radieux. Au terme de tant d'années, je n'ai trouvé nulle part ailleurs une si grande liberté de pensée ni autant de réponses à mes questions. Ce chemin de libération, de paix et de joie, je voudrais à présent vous le faire partager. "

Spengler Oswald:

Le déclin de l’Occident. Esquisse d’une morphologie de l’histoire universelle. Première partie: Forme et réalité - Deuxième partie: Perspectives de l’histoire universelle.

Gallimard, collection Bibliothèque des idées, 1967. 2 forts volumes in-8 brochés, couverture à rabats. 2 tableaux dépliants au premier volume.

«Existe-t-il une logique de l'histoire? Y a-t-il, par-delà tout le fortuit et tout l'imprévisible des événements particuliers, une structure pour ainsi dire métaphysique de l'humanité qui soit essentiellement indépendante de tous les phénomènes visibles, populaires, spirituels et politiques de la surface? Qui soit au contraire la cause première de cette réalité de second ordre? Est-ce que les grands traits de l'histoire universelle n'apparaissent pas toujours au regard du clairvoyant sous une forme qui autorise des déductions? Et dans l'affirmative, à quoi se réduisent ces déductions? Est-il possible dans la vie même – car l'histoire humaine est l'ensemble des immenses courants vitaux que l'usage linguistique, pensée ou action, assimile déjà sans le vouloir, comme en étant la personne et le moi, à des individus, d'ordre supérieur appelés "antiquité", "culture chinoise" ou "civilisation moderne" – de trouver les degrés qu'il faut franchir et de les franchir dans un ordre qui ne souffre point d'exception? Peut-être les concepts de naissance, de mort, de jeunesse, de vieillesse, de durée de la vie, qui sont à la base de tout organisme, ont-ils à cet endroit un sens strict que nul n'a encore pénétré? En un mot, y a-t-il, au fond de tout ce qui est historique, des formes biographiques primaires et universelles?Le déclin de l'Occident, phénomène d'abord limité dans l'espace et le temps, comme le déclin de l'antiquité qui lui correspond, est, on le voit, un thème philosophique qui, si on l'entend dans sa gravité, implique en soi tous les grands problèmes de l'être.»Oswald Spengler.

Steinauer Jean :

Je ne suis pas raciste ni xénophobe, mais...

Genève, Editions université ouvrière, 1985. In-8 broché, couverture illustrée en noir. Titre ajouté au crayon à papier sur le dos muet.

Préface de Bernard Ziegler.

Thibon Gustave:

L’ignorance étoilée.

Fayard, 1975. In-8 broché, couverture photographique.

Urach Serge d , Chen Dehong (calligraphie):

Lao-Tzu - Precetti.

Serge d'Urach & Interart, 1990. In-8 broché, couverture à rabats. Bord inférieur frotté.

Textes en italien, anglais et chinois, illustrés de compositions couleurs de Serge d'Urach. Exemplaire agrémenté d un bel envoi autographe signé de l artiste au philosophe et critique littéraire George Steiner.

Vailland Roger:

Les pages immortelles de Suétone.

Editions du Rocher, 2002. In-12 broché, couverture illustrée.

"Dans son repère de Meillonnas, au pied des collines du Revermont, à quelques kilomètres de Bourg-en-Bresse, Roger Vailland relit Les Douze Césars. Il connaît bien Suétone. " A douze ans, confie-t-il, je le lisais en cachette. Je n'ignorais rien des jeux terribles et frivoles des derniers fils de la République romaine - Utilisant Suétone comme peut-être le navigateur use du vent pour aller contre le vent, Vailland entend écrire un essai littéraire sur le pouvoir. Il montre alors, dans le même mouvement, que les bolcheviks, pour s'être contentés de substituer une classe à une autre à la tête de l'Etat sans entreprendre de le briser, s'étaient condamnés à devenir leurs propres fossoyeurs et ceux du socialisme. Ainsi, phase par phase, stade par stade, il analyse avec le regard froid de l'intelligence le développement inéluctable du "césarisme".

Veil Simone:

Une vie.

Stock, 2007. In-8 broché, couverture photographique. Illustré de photographies hors-texte.

« C’est un événement. Simone Veil accepte enfin de se raconter à la première personne. Elle a vécu de près les événements majeurs du XXe siècle. Elle en parle sans forcer sa voix, mais on l’entend. »

Vernant Jean-Pierre:

L'Individu, la mort, l'amour. Soi-même et l'autre en Grèce ancienne.

Gallimard, Collection Bibliothèque des Histoires, 1989. In-8 broché, couverture imprimée en deux tons.

"Pour un Grec de l'Antiquité, qu'est-ce qu'être soi-même ? La Grèce des cités a largement ouvert la voie au développement de l'individu dans la vie sociale ; pourtant l'être humain n'y apparaît pas encore comme une personne, au sens moderne, une conscience de soi dont le secret reste inaccessible à tout autre que le sujet lui-même. La religion civique n'a pas non plus doté chaque individu d'une âme immortelle qui prolongerait son identité dans l'au-delà. C'est que dans une société de face à face, une culture de la honte et de l'honneur, l'existence de chacun est sans cesse placée sous le regard d'autrui. Pour se connaître il faut contempler son image reflétée dans l'œil de son vis-à-vis. Parmi les formes diverses que l'autre a revêtues aux yeux des Grecs, il en est trois qu'en raison de leur position extrême dans le champ de l'altérité J.-P. Vernant a retenues pour focaliser sur elles son enquête : la figure des dieux, le masque de la mort, le visage de l'être aimé. Ces trois types d'affrontement à l'autre servent comme de révélateurs pour dégager les traits de l'identité telle que les Grecs l'ont conçue et assumée."

Vernant Jean-Pierre:

Mythe & pensée chez les Grecs. Etudes de psychologie historique. Nouvelle édition revue et augmentée.

Editions de la Découverte, 1985. In-8 broché, couverture illustrée, très légèrement défraîchie. Quelques notes et repères au crayon à papier.

"Salué dès sa parution en 1965 comme un événement majeur, ce recueil de textes de Jean-Pierre Vernant, aujourd'hui professeur honoraire au Collège de France, a été régulièrement réimprimé et traduit en plusieurs langues. Vite devenu un classique, cet ouvrage, enrichi de nouveaux textes, montre à l'œuvre l'originale méthode de l'auteur. « Nos études, précise-t-il dans la préface à l'édition de 1985, ont pour matière les documents sur lesquels travaillent les spécialistes, hellénistes et historiens de l'Antiquité. Notre perspective, cependant, est autre. Qu'il s'agisse de faits religieux (mythes, rituels, représentations figurées), de philosophie, de science, d'art, d'institutions sociales, de faits techniques et économiques, toujours nous les considérons en tant qu'œuvres créées par des hommes, comme expression d'une activité mentale organisée. À travers ces œuvres, nous recherchons ce qu'a été l'homme lui-même, cet homme grec ancien qu'on ne peut séparer du cadre social et culturel dont il est à la fois le créateur et le produit. » L'éditeur, au second plat de la réédition récente."

Verny Françoise:

Dieu existe, je l’ai toujours trahi.

Olivier Orban, 1992. In-8 broché, couverture photographique. Légère trace de pli au premier plat.

Vinet Alexandre , Secrétan Charles, Rambert Eugène (éd.) et al.:

Lettres de Alexandre Vinet et de quelques-uns de ses correspondants.

Lausanne, Georges Bridel, 1882. 2 volumes grands in-8, demi-percaline, titre doré aux dos (passés hélas). Reliures légèrement frottées, tampon de bibliothèque aux titres et au premier feuillet de texte.

Une somme de 349 lettres, de la plume de Alexandre Vinet ou adressée à lui. Pour ce qui est des correspondants, citons (entre bien d'autres) Louis Leresche, Isaac Secrétan, Alexis ForelCharles Monnard, Rodolphe Töpffer, le général F. C. de la Harpe, Emile Souvestre, Chateaubriand, Sainte-Beuve, Victor Hugo, Madame de Staël,... Une vingtaine de pages de "Pensées diverses" en fin. Edition originale.

Voilquin Jean:

Les penseurs grecs avant Socrate. De Thalès de Milet à Prodicos.

Garnier-Flammarion, 1964. In-12, couverture illustrée, très légèrement défraîchie.

Voltaire:

Correspondance choisie.

Le livre de poche, collection classique, sans date. Monumental poche (1547 pages, tout de même...), couverture illustrée. Légers plis de lecture au dos.

Choix, présentation et notes de Jacqueline Hellegouarc’h.

Wiener Norbert:

Cybernétique et société.

Deux-Rives, 1952. In-8 broché, couverture décorée en vert.

Zbinden Louis-Albert, Romieux Benjamin (préface):

Le regard et la parole. Chroniques radiophoniques 1975-1976.

Perroy, éditions François Feij, 1978. In-8 broché, couverture à rabats. Index des noms cités en fin de volume.

Ziegler Jean:

La victoire des vaincus. Oppression et résistance culturelle.

Seuil, collection L'histoire immédiate, 1988. Grand in-8 broché, couverture illustrée.

"De plus en plus souvent dans l'hémisphère Sud les conflits armés, révoltes, contradictions sont d'essence culturelle. Le choc de la modernité - celle de la rationalité marchande et technicienne ou celle de la révolution matérialiste - ébranle en profondeur des sociétés traditionnelles hier encore cohérentes. Et celles-ci résistent plus farouchement qu'on aurait pu l'imaginer. Elles se savent porteuses d'une cohérence, d'une chaleur, d'un sens que nous avons, le plus souvent, perdus. D'où la violence de leur refus et l'échec répété des modernisateurs. Au Nicaragua, la raison révolutionnaire des sandinistes échoue devant la raison autonome des Misquitos, barricadés dans leur spécificité. A Cuba, le castrisme d'origine hispanique et blanche n'a pas vraiment su intégrer la culture "nègre" pourtant majoritaire, mais entachée du soupçon d'opposer un frein au progrès. En Ethiopie ou dans les Républiques musulmanes d'URSS, la logique du socialisme scientifique se heurte à la même résistance culturelle. Au Burkina-Faso ou dans les îles du Cap-Vert, conscients des embûches de l'unilinéarisme des modèles de "développement" et sans doute favorisés de ce point de vue par la pauvreté des ressources de leur pays et leur manque d'attrait aux yeux des nouveaux colonialistes, les dirigeants cherchetn à fonder leur politique sur les valeurs ancestrales qui ont permis à leur peuple de survivre et de créer des sociétés originales. Apparemment pourtant, presque partout, un contradiction profonde et grave oppose le désir de déracinement, de la dilution de toute identité culturelle. Et c'est sans doute ce type de contradiction - culturelle plus qu'économique - qui dominera l'histoire de l'hémisphère Sud dans les années à venir. Sur cette question, Jean Ziegler, spécialiste et homme de terrain, propose ici tout à la fois un grand reportage sociologique et un essai flamboyant." ... qui date de 1988.