144 résultats

Cioran:

Aveux et anathèmes.

Gallimard, collection Arcades, 1987. In-12 broché, couverture décorée.

"Dans tout livre où le Fragment est roi, les vérités et les lubies se côtoient d'un bout à l'autre. Comment les dissocier, comment savoir ce qui est conviction et ce qui est caprice ? Tel propos, fruit de l'instant, précède ou suit tel autre qui, compagnon de toute une vie, s'élève à la dignité d'une obsession. C'est au lecteur de faire le départ, puisque aussi bien, dans plus d'un cas, l'auteur lui-même hésite à se prononcer. Aveux et Anathèmes étant une suite de perplexités, on y trouvera des interrogations mais aucune réponse. Du reste, quelle réponse ? S'il y en avait une, on la connaîtrait, au grand dam du fervent de la stupeur."

Cioran:

De l'inconvénient d'être né.

Gallimard, collection Les essais CLXXXVI, 1975. In-8 broché, couverture imprimée en deux tons, légèrement insolée.

«Aucune volupté ne surpasse celle qu'on éprouve à l'idée qu'on aurait pu se maintenir dans un état de pure possibilité. Liberté, bonheur, espace - ces termes définissent la condition antérieure à la malchance de naître. La mort est un fléau quelconque ; le vrai fléau n'est pas devant nous mais derrière. Nous avons tout perdu en naissant. Mieux encore que dans le malaise et l'accablement, c'est dans des instants d'une insoutenable plénitude que nous comprenons la catastrophe de la naissance. Nos pensées se reportent alors vers ce monde où rien ne daignait s'actualiser, affecter une forme, choir dans un nom, et, où, toute détermination abolie, il était aisé d'accéder à une extase anonyme. Nous retrouvons cette expérience extatique lorsque, à la faveur de quelque état extrême, nous liquidons notre identité et brisons nos limites. Du coup, le temps qui nous précède, le temps d'avant le temps, nous appartient en propre, et nous rejoignons, non pas notre figure, qui n'est rien, mais cette virtualité bienheureuse où nous résistions à l'infâme tentation de nous incarner.»

Cioran:

Le crépuscule des pensées.

L’Herne, collection Méandres, 1991. In-8 broché, couverture imprimée, très légèrement insolée, pour le reste à l’état de neuf.

Traduit du roumain par Mirella Patureau-Nedelco, revu par Christiane Fremont. « La décoloration des passions, l’adoucissement des instincts et toute dilution de l’âme moderne nous ont désappris les consolations de la colère, et ont affaibli en nous la vitalité de la pensée, d’où émane l’art de blasphémer. Shakespeare et l’Ancien Testament montrent des hommes par rapport auxquels nous sommes des singes infatués ou des damoiseaux effacés, qui ne savent pas remplir l’espace de leurs douleurs et de leurs joies, provoquer la Nature ou Dieu. Voilà où nous ont amenés quelques siècles d’éducation et de bêtise savante ! Autrefois, les mortels criaient, aujourd’hui ils s’ennuient. L’explosion cosmique de la conscience a fait place à l’intimité. Endure et crève ! c’est la devise de la distinction pour l’homme moderne. » Cioran

Cioran:

Oeuvres.

Gallimard, collection Quarto, 1995. Fort volume in-8 broché (1818 pages !), couverture photographique. En belle condition. Illustré de photographies en noir.

Cioran:

Précis de décomposition.

Gallimard, 1980. In-12 broché, couverture illustrée d’une reproduction de Vasarely.

Clancier Anne:

Psychanalyse et critique littéraire.

Privat, collection Nouvelle recherche, 1973. Grand in-8 broché, couverture imprimée en deux tons, un peu défraîchie.

Collectif - François Ost , Sylviane Agacinski , Etienne Klein , Yves Schwartz et al.:

Figures du temps.

Editions parenthèses, collection Savoirs à l'oeuvre, 2003. In-8 broché, couverture décorée. Quelques rares repères au crayon à papier, pour le reste en belle condition.

"Chacun comprend la difficulté qu'il y a à parler du temps, à parler ce qui est radicalement ineffable. La culture et la civilisation occidentales ont, délibérément, souhaité abstraire le temps de ses mythes fondateurs et de ses dimensions anthropologiques, pour reconstruire, en lieu et place, un autre type d'artefact, un pur outil de mesure. Mais la figure du temps, bien qu'indiscernable, reste entremêlée à toute notre conception du monde et donc à toutes nos actions et nos manœuvres, dans le monde et dans la société. Qu'est-ce que cela a signifié, qu'est-ce que cela signifie pour nous ? Ce sont des tentatives de réponse à cette interrogation qu'apportent les auteurs de ce volume. Des tentatives croisées, partielles mais engagées où philosophie et physique fondamentale se répondent sans oublier les aspects économique, politique, juridique et sociaux."

Collectif - sous la direction de Jean-Marie Paul:

Le pessimisme, idée féconde, idée dangereuse.

Presses Universitaires de Nancy, 1992. Grand in-8 broché, couverture illustrée. Quelques repères et notes au crayon à papier.

Actes du colloque organisé par le centre de recherches germaniques et scandinaves de l'Université de Nancy II. « Le pessimisme n'est pas seulement une façon désabusée de flairer l'air du temps, mais il revendique le label exclusif de la lucidité, la conscience aiguë de l'absurdité de l'existence. De l'Antiquité à nos jours, religieux ou athée, le pessimisme est au coeur de la création et de la destruction. »

Collectif:

Applications de la psychanalyse.

Epi, Connexions - Psychologie et sciences humaines 15, 1975. In-8 broché, couverture imprimée en deux tons.

Collectif:

Communications. Ecole pratique des hautes études - Centre d’études des communications de masse. Le sociologique et le linguistique.

Seuil, Communications numéro 20, 1972. Grand in-8 broché, couverture décorée, un brin défraîchie.

Collectif:

De la torture au traître - Phallus farfelu - la psychologie animale - L’histoire des mathématiques.

Raison présente, numéro 31, 1973. In-8 broché, couverture décorée, un brin défraîchie.

Collectif:

Faut-il avoir peur de la démocratie ?

Seuil, collection Le genre humain, 1992. In-8 broché, couverture illustrée, très légèrement jaunie - pour le reste, à l’état de neuf.

Collectif:

Incidences de la psychanalyse.

Gallimard, Nouvelle revue de psychanalyse numéro 1, printemps 1970. Grand in-8 broché, couverture décorée, un brin défraîchie.

Collectif:

La Nouvelle revue universelle numéro 15,

La Nouvelle revue universelle, 2009. Grand in-8 broché, couverture imprimée en deux tons.

Collectif:

Les langages, le sens et l’histoire. Colloque intersaisons de l’Université de Lille III, janvier-mai 1972.

Publications de l’Université de Lille III, 1977. Grand in-8 broché, couverture imprimée en deux tons.

Collectif:

L’infini 15. Littérature - Philosophie - Art - Science - Politique. Florilège.

Denoël, L’infini, numéro spécial été 1986. Grand in-8 broché, couverture imprimée en deux tons. Quelques illustrations in-texte en noir.

Collectif:

Science et conscience. Les deux lectures de l’univers.

Stock / France Culture / Colloque de Cordoue, 1980. Fort volume in-4 broché, couverture illustrée, très légèrement défraîchie.

"Le but de ce colloque était de confronter les points de vue des scientifiques et de penseurs d'autres disciplines, concernant les découvertes physiques récentes. En particulier, l'apport à la pensée moderne de curiosités comme le paradoxe EPR2. Selon Michel Cazenave, son organisateur, il était d'« essayer d'explorer les voies par lesquelles, un jour peut-être, l'homme pourrait se réconcilier avec lui-même, réunir dans une grande gerbe la puissance de sa raison et la profondeur de son âme ». Celui-ci indique plus tard que l'idée du colloque lui a été inspirée par Gitta Mallasz (qu'il invite en tant qu'observateur) et l'expérience que celle-ci relate dans Dialogues avec l'ange. Parmi les physiciens et les autres scientifiques prestigieux participant, on peut citer David Bohm, Fritjof Capra, Olivier Costa de Beauregard, Brian Josephson, Paul Chauchard et Hubert Reeves" ([Wiki]

Corbin Alain:

L’avènement des loisirs 1850-1960.

Aubier, 1995. Grand in-8, cartonnage vert avec titre doré, jaquette couleurs. Illustré de photographies et documents hors-texte.

"Comment se sont créés les usages modernes du temps libre ? Comment le désir de voyage, la soif d'aventure et de sensations nouvelles, les divertissements de la foule, le besoin de quiétude et de découverte de soi se sont-ils combinés à l'accélération des rythmes de vie ? Telles sont les questions auxquelles entend répondre cet ouvrage conçu et coordonné par Alain Corbin. Curieusement, l'histoire des rêves et des pratiques qui ont bouleversé les usages de notre temps est peu connue. Les rares spécialistes ont réservé leur attention à la lutte ouvrière, à la conquête du temps libre ; aspect non négligeable mais très partiel de l'histoire qui se joue. L'antique loisir cultivé survit, s'enrichit, tout au long d'un siècle que l'on a décrit, à tort, totalement soumis à l'obsession du travail. Mais le désir de montagne et de mer, l'essor de la villégiature, les heures vides de la croisière, l'invention des vacances transforment le modèle ancien, jusqu'à le rendre méconnaissable. La grande ville est le laboratoire privilégié du loisir moderne : la promenade des boulevards, la visite de l'exposition, le café-concert, les spectacles du stade renouvellent les plaisirs du citadin. Ainsi s'élaborent, dans le brassage de foule, des manières de vivre qui définissent la culture de masse. Pour la majeure partie de la population, le temps de loisir était traditionnellement celui d'une re-création de la force de travail. Jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les détenteurs du pouvoir social et politique entendent guider le loisir de l'autre. Avec l'allongement du temps disponible, leur pression s'appesantit. Cette volonté d'organiser dans un cadre national, puis international, les loisirs du travailleur n'a pas empêché la prolifération de temps dérobés, qui échappent à cet encadrement rigide dont les Etats totalitaires ont esquissé un inquiétant modèle. La pêche à la ligne, le bricolage, le jardinage, la lecture du feuilleton, le choix du cinéma du dimanche illustrent l'extension de ces espaces de liberté. Sur tous ces points, la réflexion ne pouvait être restreinte au cadre national. L'avènement des loisirs, ici retracé, concerne l'Occident. En ce domaine, la Grande-Bretagne bien souvent découvre et innove avant que les Etats-Unis n'imposent leur influence."

Critchley Simon:

Les philosophes meurent aussi.

François Bourin, 2010. In-8 broché, couverture imprimée en deux tons. Quelques repères au crayon à papier dans le texte, pour le reste en belle condition. Illustré de petits portraits en noir. Bande de lancement conservée.

"Pythagore préféra se faire massacrer plutôt que de traverser un champ de fèves ; Platon serait mort d'une infestation par les poux Epicure accueillit sa fin avec joie, entouré de ses amis - "la mort n'est rien pour nous", disait-il ; Descartes fut emporté par une pneumonie à la suite des leçons matinales qu'il prodiguait au coeur de l'hiver suédois ; Voltaire. pourfendeur de l'Eglise, demanda à être confessé par un prêtre sur son lit de mort : Kant termina sa vie sur ce mot : "Sufficit ", "c'est assez"; Bentham se fit embaumer pour être exposé dans une vitrine à l'University College de Londres ; Simone Weil s'est laissée mourir de faim pendant l'Occupation ; Camus est mort d'un accident de voiture, rattrapé par l'absurde ; Sartre lança un jour : " La mort ? Je n'y pense pas" : 50 000 personnes assistèrent à ses funérailles. "

Cusset Yves:

Le remplaçant suivi de Rien ne sert d'exister. Deux solos philosophiques juste pour rire.

Le jardin d'essai, 2007. In-8 broché, couverture imprimée en deux tons.

"" Quand j'étais petit, je voulais être professeur de philosophie, ça tombe bien, je suis grand et je le suis. Mais quand j'étais petit, je disais ça pour rire. j'ai déchanté. Car le document du Ministère de l'Education Nationale est formel : l'enseignement de la philosophie a pour objectif de favoriser l'accès de chaque élève à l'exercice réfléchi du jugement, et de lui offrir une culture philosophique initiale. D'emblée les choses sont claires, même si elles ne sont pas explicites : on n'est pas là pour rire. " Le remplaçant et Rien ne sert d'exister sont deux parcours comiques et théâtraux à travers la philosophie, une double tentative pour en retrouver par le rire l'étonnement fondateur".

Dement William C.:

Dormir, rêver.

Seuil, 1981. In-8 broché, couverture illustrée. Petit pli au coin inférieur. Illustrations et figures in-texte en noir.

Descamps Christian:

Quarante ans de philosophie en France. La pensée singulière - de Sartre à Deleuze.

Bordas, collection Philosophie présente, 2003. In-8 broché, couverture illustrée.

"Aujourd'hui, la philosophie de langue française - il n'y a là, bien sûr, aucun repli national - est l'une des pensées qui rivalise avec la philosophie analytique, ce courant dominant en dehors du continent européen. Mesurer la spécificité des " inventions françaises ", c'est, de fait, se resituer au cœur des polémiques internationales... Nourri par Deleuze, Foucault ou Castoriadis, cet ouvrage prend également en compte les interrogations de la nouvelle génération. Dans l'hexagone, les philosophes s'engagent, lancent des débats, interviennent dans les journaux. Bref, notre paysage bariolé n'a rien de commun avec des recherches tellement spécialisées qu'elles se cantonnent aux campus universitaires."

Descartes:

Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences. Suivi des Méditations métaphysiques. Mit Einem Nachwort von Wilhelm Weischedel.

Continental-Verlag Reutlingen, collection Arcade, sans date. In-12 broché, couverture à rabats, un peu défraîchie. Portrait de Descartes en frontispice, avec une auréole au coin inférieur.

Detienne Marcel:

L’invention de la mythologie.

Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines, 1981. In-8 broché, couverture imprimée en deux tons.

"Qui a inventé la mythologie ? Quelles sont les frontières de ce territoire où des histoires inoubliables et le plaisir de les conter semblent inséparables de l'exégèse et du désir de les interpréter ?Poisson soluble dans les eaux de la mythologie, le mythe est une forme introuvable : ni genre littéraire, ni récit spécifique. Mais parler de la mythologie, hier et aujourd'hui, c'est toujours, plus ou moins explicitement, parler grec ou depuis la Grèce. D'où l'urgence d'une enquête généalogique pour repenser la mythologie comme objet de savoir autant que de culture."

Dixsaut Monique (textes réunis par):

Contre Platon. I: Le platonisme dévoilé - II: renverser le platonisme.

Librairie philosophique Vrin, 2007 et 1995. 2 volumes in-8 brochés, couverture décorées. Etiquettes de prix aux seconds plats, repères et notes dans le texte, au crayon à papier.